Conference very intellectual

conf img

Quand vous débarquez à une conférence ultra cérébrale et que vous réalisez que la matière grise n’est pas belle en apparence…

 

Vous vous sentiez d’aplomb a pouvoir vous enrichir d’un sujet sur lequel personne ne parle ou très peu pour en apprendre beaucoup plus que la moyenne et vous vous retrouvez entourée de ploucs … [Mince ca n’est pas ce soir que vous rencontrerez votre 50 nuances beau et intelligent, et puis vous réalisez aussi que la taille de la salle est exiguë que vous avez chaud et que la calvitie de votre voisin vous dépite…!]

Sans compter la déballe verbale, l’orateur ne parle plus que chiffre, le vrai language de matheux alors vous vous pommez en plein début entre l’hypoténuse et les théorèmes. [Bon…Ouf j’ai de la 4G: on instachill…]
Vous prenez sur vous, vous vous accrochez … Oui parce que vous comprenez j’étais fière d’y participer intelligemment.

 pensée de l’instant présent : « Où est le bar ? Tiens tiens la peinture du plafond s’écaille… Ah mais on ne m’avait pas dit que la moyenne d’Age est de 60 ans » (Tout ce qui vous passe par la tête vous occupe même le plus barbant détail).

L’entracte étant arrivée deux types de questions s’impose à vous :

« Qu’est-ce que je fais la ? à quelle heure ça peut bien finir ? «

Et la question de la curiosité celle qui vous impose cette conférence à vouloir en savoir plus, à vouloir découvrir certaines vérités en lequel vous croyez, le genre de question qui vous pousse chaque matins à vous lever et à vous coucher moins ignorante que la veille et puis après tout on s’en fou des ploucs !
Vous êtes là pour vous ! Construction bullaire ! Et puis vous sortez après tout de même 3 heures d’inconfort et d’entourage incertain vous êtes ronchon ! Oui ! Parce que vous avez toujours été plus Coco Chanel que coq au vin.

10 petites minutes de révélations plus qu’enivrantes concernant le sujet de cette conférence [Ah Enfin..!] car les heures précédentes était pires qu’un langage codé provenant d’une autre planète.
Mais avec du recul vous vous sentez fière, mourir bête est sûrement la pire des choses à vos yeux et n’est pas du tout l’une de vos priorité, à moins qu’un sac Chanel devait pointer le bout de son nez…

Et vous quel aura été votre moment de solitude ?

 

 

Créatrice, Fondatrice de Marie-Charlotte.fr

Be first to comment